Devenir ambulancier

Tout ce que vous devez savoir pour devenir ambulancier.

Formation Ambulancier

Découvrez comment devenir Ambulancier ou Auxiliaire Ambulancier.

DEA AMBULANCIER

Obtenez votre Diplôme d'Etat d'Ambulancier.

Devenir ambulancier : métiers, formations, diplôme

20 votes : 4.9
Ce site a pour objectif principal d'informer de façon claire des jeunes ou des adultes qui souhaiteraient se former aux métiers d'Ambulanciers. Qu'il s'agisse de devenir Auxiliaire Ambulancier ou Ambulancier, ces métiers passionnants sont accessibles à tous, soit par la formation initiale, soit par la formation continue et il n'y a pas de limite d'âge pour se présenter en formation.

Exercer un métier passion, au plus près des personnes, sauver des vies, apporter les premiers soins d'urgence, transporter les malades et les blessés vers les urgences… font partie des principales missions des Ambulanciers et des Auxiliaires Ambulanciers.

Chaque année, on recense en moyenne 1 500 embauches dans le secteur. Ce métier peut s'exercer dans le secteur privé ou public et peut évoluer selon les choix de chacun (création d'une entreprise d'Ambulanciers, formation pour exercer dans un autre métier du secteur médical, évolution dans un hôpital public vers un poste de régulateur…). Quant aux Auxiliaires Ambulanciers, ils décident souvent de passer leur DEA pour devenir Ambulanciers.

 

Comment devenir Ambulancier ou Ambulancière ?

 

Qu'est-ce qu'un Ambulancier ?

 
L'Ambulancier ou l'Ambulancière crée le lien entre le malade ou l'accidenté et le centre de soins (cabinet médical, hôpital, clinique). Il ou elle transporte les patients avec son ambulance ou un véhicule sanitaire adapté. Il doit impérativement avoir une bonne maîtrise de son ambulance, qu'il s'agisse de sécurité routière ou de bonne tenue de son équipement médicalisé.
 
Étant personnel soignant, l'ambulancier est capable, grâce à sa formation, de donner les soins d'urgence aux personnes accidentées. Il peut travailler avec un autre Ambulancier, et lorsque ce n'est pas le cas, il a, dans tous les cas, l'assistance d'un Auxiliaire Ambulancier.
 
Pour exercer son métier, l'Ambulancière doit obligatoirement avoir obtenu son DEA (Diplôme d'État d'Ambulancier) après une formation au métier. Certains Ambulanciers font le choix ensuite de travailler dans le secteur privé (exemple : clinique privée, maison de retraite) et/ou d'exercer à leur compte comme Ambulancier indépendant. En fin de carrière, un Ambulancier indépendant qui a pu constituer une bonne clientèle peut décider d'ouvrir une entreprise d'ambulanciers et d'Auxiliaires Ambulanciers.
 
L'Ambulancier du secteur public travaille dans un hôpital public. Il peut y accéder après avoir passé un concours de la Fonction Publique Hospitalière (FPH).
 

Quelles sont ses missions de l'Ambulancier ?

 
L'ambulancier transporte des malades ou des blessés dans son ambulance. Lorsqu'il arrive sur les lieux d'un accident, il est capable d'apporter des soins et dispose, pour ce faire, d'appareils d'assistance médicale dans son véhicule de transport. Il est capable, en arrivant au service des urgences, de donner des informations importantes aux urgentistes, sur l'état général du blessé.
 
S'il travaille dans le secteur privé, il peut aller chercher des personnes à leur domicile et les transporter vers leur lieu de soins (cabinet médical, centre de rééducation, clinique…).
 
Lorsqu'il transporte un malade ou un blessé vers un hôpital, il s'occupe aussi d'aider à libeller le dossier d'admission du patient (prise en charge).
 
Il est capable de porter un patient pour l'aider à s'asseoir dans un fauteuil roulant, ou encore de le porter sur un brancard lorsqu'il est blessé.
 
Il a obligatoirement une excellente maîtrise de la conduite pour savoir diriger son ambulance en cas d'urgence, sans créer d'accident sur la voie publique. Titulaire du permis B, il pourra, s'il le souhaite, passer d'autres permis (C/D) afin de pouvoir également conduire des fourgons de transport d'urgence.
 
S'il est ambulancier indépendant, il exécute également des tâches administratives plus importantes et doit avoir une bonne maîtrise de la gestion administrative. Pour exercer à son compte, un ambulancier doit avoir reçu un agrément de la Préfecture pour conduire son véhicule de transport sanitaire.
  Comment devenir Ambulancier ou Ambulancière

Comment devenir Ambulancier (conditions, formation) ?

 
Le métier d'ambulancier est accessible à tous sans limites d'âge. Il faut cependant avoir une bonne condition physique pour pouvoir soulever et déplacer une personne en toute sécurité. Pour se préparer à l'examen, les candidats peuvent se former tout de suite après leurs études (formation initiale) ou bien opérer une reconversion professionnelle (formation continue). Le candidat pourra décider de commencer dans le métier en tant qu'Auxiliaire Ambulancier puis de poursuivre sa formation pour devenir Ambulancier.
 
S'il choisit de devenir immédiatement Ambulancier, il doit satisfaire à une condition obligatoire : obtenir son DEA (Diplôme d'État d'Ambulancier).
 
Il n'y a pas de niveau de diplôme exigé pour se présenter à la formation DEA. Il est toutefois indispensable d'avoir le permis B et une expérience de conduite de 3 ans.
 
Pour intégrer un centre de formation agréé (exemple : Institut de Formation des Ambulanciers) pour passer votre DEA, il faut satisfaire à la sélection d'entrée en école :
 
1) Préparer son dossier d'admissibilité composé d'un CV, d'une lettre de motivation et d'un document manuscrit relatant soit d'une situation personnelle ou professionnelle vécue, soit d'un projet professionnel en lien avec les attendus de la formation. Il existe cependant des dispenses pour certains candidats ;
 
2) Réaliser un stage d'observation de 70h ;
 
3) Réussir l'entretien d'admission (d'un CV, d'une lettre de motivation et d'un document manuscrit relatant soit d'une situation personnelle ou professionnelle vécue, soit d'un projet professionnel en lien avec les attendus de la formation) ;

 
La formation agréée par le ministère de la Santé comprend 630 heures (455 heures de formation théorique et 175 heures de formation pratique). Le candidat devra également préparer et valider l'AFGSU de niveau 2 (Attestation de Formation aux Gestes et Soins d'Urgence).
 
Le DEA indispensable pour exercer le métier d'ambulancier valide la formation et est remis par la DHOS (Direction de l'Hospitalisation et de l'Organisation des Soins).
 
Une fois qu'il a obtenu son diplôme, le candidat peut travailler dans le secteur privé ou dans le secteur public. Dans ce dernier cas, il devra se présenter à un des concours de la Fonction Publique Hospitalière (FPH) et répondre aux conditions d'entrée au concours.
 
Quel que soit son choix professionnel, le candidat qui souhaite devenir Ambulancier pourra se préparer soit en présentiel avec une prépa, soit en choisissant un centre de formation à distance (exemple : EFM Santé Social).
 

Les qualités et compétences techniques requises pour devenir Ambulancier

 
L'Ambulancier doit savoir s'adapter à toutes les situations et être capable de garder son sang-froid. Il doit savoir être patient et disponible pour les personnes qu'il prend en charge dans son ambulance. Il a une grande capacité d'écoute et sait se faire rassurant.
 
Il est discret et a une véritable vocation pour son métier.
 
Souvent en binôme avec un Auxiliaire Ambulancier, il forme une équipe soudée où chacun sait exactement quel est son rôle dans chaque déplacement.
 
Il maîtrise les gestes de premiers secours appris en formation et a une excellente maîtrise de la conduite, y compris en cas d'urgence extrême. Il connait les règles d'hygiène et de sécurité tant pour la bonne tenue de son équipement médical que pour la conduite sécurisée de son ambulance.
 

Avantages et contraintes du métier

 
Pour compenser les contraintes du métier que sont les horaires décalés liés aux impératifs du métier (travail les week-ends et jours fériés) et la fréquence des déplacements, l'Ambulancier saura profiter des nombreux avantages offerts par cette profession, notamment la chance de faire un métier qui permet de sauver des vies et de s'occuper des autres.

C'est un métier où le relationnel occupe une place importante. De plus, il s'agit d'un métier évolutif qui permet également de travailler à son compte ou de faire d'autres formations en vue d'exercer dans un autre métier du secteur médical.
 

Salaire, débouchés et évolution de carrière du métier d'Ambulancier

 
Le salaire de départ d'un Ambulancier diplômé est le Smic, mais le salaire peut atteindre avec l'expérience jusqu'à 2 000 euros. Bien sûr, il faut considérer le secteur (privé ou public) ou le mode de travail (salarié ou indépendant).
 
Le métier est très demandé sur tout le territoire. Il y a plus de postes à pourvoir sur des grandes agglomérations, surtout si l'Ambulancier passe un concours pour travailler dans un hôpital public. L'évolution de carrière dans un hôpital public peut permettre à l'Ambulancier de devenir un jour régulateur. Il devient alors plus sédentaire et a un rôle d'organisateur qui consistera notamment à planifier les déplacements des Ambulanciers du service.
 
Un Ambulancier qui décide de se mettre à son compte et constitue une bonne clientèle régulière pourra très bien gagner sa vie. Cependant, il devra d'abord obtenir un agrément préfectoral et prévoir un investissement compris entre 35 000 et 70 000 euros (création de l'entreprise, achat de matériel, ambulance, équipement médical…).
 

Comment devenir Auxiliaire Ambulancier/Auxiliaire Ambulancière ?

 
Véritable bras droit de l'Ambulancier/Ambulancière, l'Auxiliaire forme un véritable binôme avec l'ambulancier.
 
Si le métier lui est accessible à tout âge, sans condition de diplôme, il doit toutefois répondre à certains critères comme la vocation pour le métier, la disponibilité, une bonne condition physique, une bonne maîtrise de la conduite et le permis B obligatoire.
 
Après une formation de 70 heures validée par une Attestation de Formation d'Auxiliaire Ambulancier, il travaille au contact d'un Ambulancier et est capable d'apporter aux malades et/ou blessés les premiers secours.
 
Il pourra choisir, après avoir acquis une solide expérience du métier, de passer à son tour le DEA pour devenir Ambulancier. Le fait d'avoir exercé comme Auxiliaire Ambulancier lui permet alors de bénéficier de certaines dispenses lors de sa formation.
 

Quelles sont les missions de l'Auxiliaire Ambulancier ?

 
Avant tout co-équipier, l'Auxiliaire Ambulancier rend compte hiérarchiquement à l'Ambulancier qui lui attribue ses missions quotidiennes.
 
Comme l'Ambulancier, il est formé pour pouvoir déplacer en toute sécurité les malades et les blessés et est capable de les installer dans une ambulance dans les meilleures conditions de confort et de bien-être. Il peut aussi être amené à conduire l'Ambulance ou à mener des opérations de brancardage sur les lieux d'un accident.
 
Il possède les compétences techniques pour l'entretien d'un véhicule sanitaire, la manutention des équipements médicaux et l'approvisionnement de l'ambulance.
 
Comme l'Ambulancier, l'Auxiliaire Ambulancier pourra exercer soit dans le secteur privé (maison de retraite, clinique privée…) soit dans le secteur public (hôpital public).
 

Comment devenir Auxiliaire Ambulancier (conditions, formation) ?

 
Pour devenir Auxiliaire Ambulancier, il n'y a pas d'exigence de diplôme ni d'âge minimum. Vous devez cependant remplir certains critères essentiels, notamment :
 
  • Permis de conduire (permis B exigé) avec une bonne expérience de la conduite (3 ans minimum après l'obtention du permis) ;
  • Avoir toutes vos vaccinations à jour (se référer au Code de Santé Publique) ;
  • Être en mesure de fournir l'attestation préfectorale obligatoire (conduite d'ambulance) ;
  • Certificat médical d'aptitude à l'exercice du métier (effectué par un médecin agréé par la préfecture) ;
  • Attestation de formation aux gestes et soins d'urgence (AFGSU) de niveau 1 à fournir (obligatoire pour obtenir votre attestation d'Auxiliaire Ambulancier en fin de formation).

Une formation de 70 heures (cours pratiques et théoriques) est obligatoire pour exercer et sera validée par une attestation. Pensez à bien vous préparer avant la formation pour optimiser vos chances de réussite car les places sont limitées.
Pour suivre cette formation et obtenir votre attestation d'Auxiliaire Ambulancier, vous pourrez vous inscrire auprès d'un centre agréé (exemple : IFA (Institut de Formation des Ambulanciers) ou CESU (Centre d'Enseignement des Soins d'Urgence)).
  Comment devenir Auxiliaire Ambulancier/Auxiliaire Ambulancière

Les qualités et compétences pour devenir Auxiliaire Ambulancier

 
L'Auxiliaire Ambulancier, en tant que bras droit d'un ou deux Ambulanciers, doit être à l'écoute des besoins de ceux qui représentent sa hiérarchie et savoir réagir en cas d'urgence. Comme l'Ambulancier, c'est un homme ou une femme disponible, qui sait faire preuve de patience et d'écoute auprès des malades ou des blessés transportés.
 
Il doit aussi se montrer rassurant et savoir garder son sang-froid. La vocation pour le métier est également essentielle. Les Auxiliaires Ambulanciers se destinent souvent à évoluer vers des postes d'Ambulanciers.
 
Il a une excellente connaissance des gestes de premiers secours qu'il a appris en formation professionnelle. Il maîtrise également les règles de sécurité et d'hygiène et sait s'assurer de la sécurité optimale de ses passagers.
 

Avantages et contraintes métier d'Auxiliaire Ambulancier

 
Le métier d'Auxiliaire Ambulancier est valorisant et enrichissant. Le professionnel est toujours en contact avec des personnes différentes. Dans certains cas, il leur apporte le réconfort et assure leur bien-être dans les déplacements.
 
Le métier est évolutif pour toute personne qui a la vocation et souhaite faire carrière dans les métiers de la santé. Un Auxiliaire Ambulancier aura toutes les chances de devenir Ambulancier après avoir exercé suffisamment longtemps et avoir suivi une formation.
 
Côté contraintes, le métier exige d'avoir une bonne condition physique et de savoir se rendre disponible (travail en décalé).
 

Salaire, débouchés et évolution de carrière du métier d'Auxiliaire Ambulancier

 
Un Auxiliaire Ambulancier gagne généralement l'équivalent d'un Smic.
 
Il peut travailler soit dans la fonction publique hospitalière (FPH), soit dans le domaine privé. Il peut être recruté par une entreprise privée d'Ambulanciers par exemple. Si les débouchés sont plus importants dans les grandes villes, il est nécessaire d'avoir des Ambulanciers et des Auxiliaires Ambulanciers un peu partout sur le territoire, même dans les campagnes plus reculées. Avec les villages où les déserts médicaux sont fréquents, l'assistance d'Ambulanciers et d'Auxiliaires est souvent bienvenue, surtout pour déplacer des personnes âgées de leur domicile à un cabinet médical ou un hôpital éloigné.
 
L'Auxiliaire Ambulancier est le plus souvent favorisé lorsqu'il doit passer un DEA pour devenir Ambulancier car il a déjà l'expérience concrète du métier et pourra bénéficier d'ailleurs de certaines dispenses de cours pendant sa formation professionnelle.
 

L'histoire du métier d'ambulancier

 

Un peu d'étymologie

 
Formé sur la racine latine du verbe « ambulare » (se promener, aller d'un lieu à un autre), le nom ambulant a désigné très vite des personnes se déplaçant d'un lieu à un autre, soit dans le cadre d'un métier de commerçant (les marchands ambulants), soit dans le spectacle (les clowns ambulants). Mais d'un point de vue militaire, le service ambulant a très vite désigné un hôpital suivant l'armée dans son itinérance.
 
La même racine est à l'origine du mot « ambulatoire » qui permet à un patient entrant à l'hôpital le matin pour une chirurgie (chirurgie ambulatoire) de ressortir le jour même pour rentrer chez lui. Quant à l'ambulance, il s'agit d'une voiture sanitaire prévue pour transporter un malade ou un accidenté d'un point A (lieu de l'accident par exemple) à un point B (service de soins, urgences…), ce véhicule étant conduit par un ambulancier.
 

De quand date le métier d'ambulancier ?

 
S'il y a toujours eu des aides de camps dans les différentes armées, et ce, depuis la nuit des temps, on a peu fait cas des blessés sur les scènes de guerres de l'Antiquité et il n'était pas d'usage de s'en occuper. Ils étaient laissés sur place à l'âge de Bronze, mais furent ensuite évacués sous l'ancienne Égypte ou encore au temps de l'Empire Romain.
 
Après la chute de l'Empire Romain, on trouve des affectations de personnes pour le relevage des blessés, en 1590, sous Henri IV. Cependant, il n'existe guère de logistique dédiée à ces blessés. Le personnel doit donc se servir des caisses d'artilleries utilisées pour l'apport des munitions sur le champ de bataille pour transporter au retour et une fois vidées, les blessés.
 
La création de l'ambulance remonterait en 1794, sous Napoléon Bonaparte. C'est le chirurgien et fidèle collaborateur de Napoléon qui en est à l'origine de cette invention à la base, militaire. L'idée s'est ensuite vite propagée dans toute l'Europe, s'adaptant, au cours des années suivantes, aux nouveaux besoins de la société.
 
L'idée a germé dans la tête de Jean-Dominique Larrey qui a cherché un moyen efficace de prendre en charge puis de transporter les blessés. Il faut amener rapidement les blessés et les éloigner des lieux de conflits pour pouvoir les soigner à l'abri des camps éloignés des combats. Au départ, le véhicule sanitaire consiste en un chariot abrité qui se déplace au moyen de 2 ou 4 chevaux. Ce véhicule de secours est pourvu d'un brancard qui est manipulé par l'arrière pour faire entrer le blessé et tenter de le conduire avec un peu de confort jusqu'au lieu de soins.
  L'histoire du métier d'ambulancier

Les Despotats, ancêtres des ambulanciers

 
Après l'idée de Larrey de créer cette ambulance volante pour les champs de bataille, les Despotats vont faire évoluer la fonction du véhicule sanitaire pour assurer leur principale mission qui est de secourir tout le monde. On dépasse alors le stade militaire. Les Despotats sont d'ailleurs des militaires mais surtout de façon plus large des Secouristes. Ce sont eux les premiers ambulanciers. Leur équipement se compose d'une lance et d'une gibecière en toile qui, une fois dépliée et fixée entre deux lances sert de civière pour transporter les blessés jusqu'à leur ambulance.
 
L'équipement des ambulances va trouver une nette amélioration grâce aux travaux du Docteur Percy, ami et confrère de Larrey. Il trouve le moyen d'équiper le véhicule sanitaire avec du matériel de science et de chirurgie. Il est à l'origine de l'ambulance qui porte son nom (ambulance Percy) et qui est l'ancêtre du SMUR (Structure Mobile d'Urgence et de Réanimation).
 

La naissance des ambulances urbaines à Paris

 
D'abord d'usage militaire, les ambulances sont devenues plus « urbaines ». C'est au Docteur Natchel que l'on doit, en 1880, l'arrivée des ambulances publiques qui servent, non plus à ramasser des blessés de guerre uniquement, mais à transporter les victimes d'accidents sur la voie publique.
 
Avec l'épidémie de variole qui sévit en 1882, il faut trouver le meilleur moyen de faire venir les malades pour les soigner à l'Hôtel Dieu. C'est à cette époque que sont créées les « Ambulances Municipales ».

 

L'ambulance et ses évolutions jusqu'à aujourd'hui

 
Il est difficile d'imaginer les deux grandes guerres sans les ambulanciers. Chaque période dramatique de l'histoire a toutefois permis de faire des progrès sur la prise en charge des blessés et leur transport vers les hôpitaux.
 
En 1941, il est possible d'exercer le métier dans le privé. À cette époque mouvementée, le garagiste, le gérant de bistrot ou encore le croque-mort peuvent assurer le transport sanitaire des personnes malades ou blessées.
 
Beaucoup de données ont fait évoluer les véhicules et le métier d'ambulancier : les progrès en soins et en mesures d'hygiène, la naissance de nouveaux médicaments, l'évolution des soins, les lois de sécurité régissant le transport de malades, de blessés mais aussi de femmes enceintes qui n'accouchent plus chez elles mais dans les maternités, etc. Chaque évolution des mentalités a, au fil du temps, permis de voir se profiler de nouvelles compétences pour la profession d'ambulancier.
 
Le métier évolue beaucoup à partir de 1970 et il faut une professionnalisation validée par un CCA (Certificat de Capacité d'Ambulancier) pour exercer légitimement la fonction d'ambulancier/ambulancière. La même année, on désigne la profession par l'emblème de la « Croix de Vie » (conception par Léo R. Schwartz).

 
Les modifications importantes du métier et de la formation :
 
  • 1971 : agrément obligatoire pour exercer ;
  • 1986 : création de l'AMU (Aide Médicale d'Urgence) ;
  • 2007 : création du DEA (Diplôme d'Etat d'Ambulancier) ;
  • 2010 : attestation AFGSU 2 (Attestation de Formation aux Gestes et Soins d'Urgence de niveau 2) obligatoire pour tous les Auxiliaires Ambulanciers.
Grâce aux nouvelles techniques médicales et aux technologies, le métier d'ambulancier a su s'adapter de l'antiquité jusqu'à nos jours mais les valeurs premières restent toujours d'actualités pour toutes celles et ceux qui exercent dans la profession qui a pour mission première, depuis les Despotats de 1794 jusqu'à aujourd'hui, de secourir avec rigueur, prévenance et sang-froid, « sans distinction de provenance ». (Jean-Dominique Larrey)